La polymérisation ou la mise en moufle

La mise en moufle
Lorsque la constriction des maquettes en cire est terminée sur articulateur, elles sont essayées au cabinet dentaire, les modification secondaires sont alors apportées :
- par le praticien pour ce qui intéresse l’esthétique qu’il est seul à pouvoir apprécier.
- par le prothésiste technicien au laboratoire en ce qui concerne les retouches fonctionnelles.
Quand l’ensemble est jugé satisfaisant, il faut transporter ces maquettes en cire en prothèse définitive en résine.
Définition de la mise en moufle :
C’est une méthode qui constitue à prendre d’une maquette en cire un moule en deux parties séparables, à éliminer alors la cire et à combler l’espace vide obtenu avec de la résine.
Cette opération se fait dans un moule dans lequel on coule du plâtre que l’on appel : moufle qui se compose en général de 3 parties : une partie inférieure en forme de cuvette, et une partie supérieure qui s’emboîte exactement sur l’inférieur (contre partie), et un couvercle ou des clavettes ou des brides.
Préparation des modèles et des maquettes avant la mise en moufle :
- gratter sur le modèle lui-même, le joint postérieur après l’examen endo-buccal.
- coller des feuilles d’étain aux endroits nécessitant des décharges.
- la cire dans la région vestibulaire sera sculptée en fonction de l’esthétique en se souvenant que :
* les papilles inter dentaires sont pleines, arrondies, et jamais vidées.
* il n’y à aucune surface plane en bouche.
* la fibromuqueuse n’est pas lisse mais granitée, et renvoie ainsi la lumière dans toutes les directions.
Il est bon tout au moins dans la région antérieure d’essayer d’obtenir cet aspect.
- sur la surface palatine on recherche une épaisseur aussi mince et régulière que possible, le meilleur moyen d’obtenir ce résultat est d’utiliser :
* si on veut une surface lisse, une feuille de cire 10/10.
* si l’on préfère une surface granitée, il faut mettre d’abord une feuille de cire 6/10 puis une feuille de cire granitée 4/10.
* si l’on désire en même temps la reproduction des papilles palatines, il faut d’abord appliquer une feuille de 6/10, sculpter les papilles et mettre sur le tout une feuille de cire granitée.
- coller la maquette au modèle de plâtre pour éviter tout déplacement dans les manipulations ultérieures.
La mise en moufle :
Choix du moufle :
Il faut choisir un moufle adapté aux modèles et surtout d’usage facile.
Impératifs d’une mise en moufle :
La mise en moufle doit obéir aux impératifs suivants :
- être effectuée dans un moufle de longueur et de largeur en relation avec le volume du modèle et de sa maquette.
- assurer une épaisseur de plâtre en tout point excédant de 1cm.
- assurer la séparation des différentes parties du moufle.
- prévoir et compenser toutes les expansions de la résine acrylique en cours de polymérisation.
- supprimer, éliminer tout risque de surépaisseur de distorsion et de porosités.
Technique d’élimination de la cire : ébouillantage
- vérifier l’absence de toute trace de cire résiduelle sur les dents pour être certain de retrouver très précisément leur place plus tard après ébouillantage.
- vérifier que la hauteur du modèle permet que sans toucher le fond de la partie inférieure du moufle les dents sont sensiblement au milieu de la partie supérieure en plâtre.
- vaseliner l’intérieur du moufle.
- mouiller le plâtre du modèle, ou le vernir ou encore l’enrober dans une pièce d’étain.
- préparer de façon classique du plâtre.
- remplir la cuvette du moufle.
- poser dans la cuvette garni de plâtre l’ensemble modèle-maquette.
- faire en sorte que le plâtre encore moue vient à un niveau tel que tout ce qui reste apparent soit de dépouille dans le sens vertical, celui de la séparation des deux parties du moufle.
- avant la prise définitive lissant sur l’eau le plâtre visible.
- attendre la prise du plâtre puis vernir ou passer un isolant.
- mettre en place la partie supérieure du moufle.
- préparer à nouveau du plâtre, le couler dans le moufle, poser le couvercle et maintenir le tout sans presser pendant la prise du plâtre.
- avant d’ouvrir le moufle, le mettre pendant quelques minutes dans l’eau chaude pour ramollir la cire.
- enlever complètement la cire du moufle et éliminer toute trace de cire à l’eau bouillante, additionner de détergent.
- passer sur toute la surface du plâtre un vernis à chaud pour éviter que le monomère soit absorbé par le plâtre et que l’eau ne pénètre dans la résine pendant la polymérisation.
Matériau utilisé : la résine
La principale résine utilisée est une résine acrylique, il s’agit d’un poly méthyle méthacrylate, c’est au départ une résine transparente qui est colorée dans n’importe quelle nuance, et à des degrés différents de translucidité.
Elle est dure, de densité de 1.20, stable, et se ramollie à 125° d’usage très facile elle se présente :
- un liquide, et le monomère est le méthyle méthacrylate.
- une poudre composée de grains sphériques pouvant être polymérisées à partir du monomère chauffé, le poly méthyle méthacrylate.
Le rapport poudre – liquide à une influence sur la structure finale de la résine, plus on augmente la quantité du polymère et plus la réaction de polymérisation est rapide, et il faut utiliser suffisamment de liquide pour mouiller toutes les perles du polymère.
La réaction mono polymère passe par différents stades mais celui qui nous intéresse est le stade de la gélification, l’ensemble devient pâteux et n’adhère plus aux parois du récipient du mélange.
C’est à ce moment la qu’il faut l’introduire dans le moufle, ne pas attendre que la masse devienne caoutchouteuse.
Tout eau incorporé dans la résine durant la prise soit accidentellement soit à partir du plâtre accélère la polymérisation, change la teinte et peut faire apparaître des craquelles d’où la nécessité du vernissage du moufle.
Vernissage du moufle :
Le plâtre étant un matériau avide de liquide donc il peut absorber le monomère liquide donc de compromettre le résultat final, de ce fait il faut utiliser des isolants capables de :
- assurer un démouflage sans risque de fracture.
- rendre plus aisée la séparation de la prothèse de son modèle.
- permettre la récupération du modèle.
- prévenir toute réaction clinique primaire ou secondaire entre la résine et le plâtre.
- interdire toute union physique entre le plâtre et la résine.
- supprimer tout risque de pénétration du monomère dans le plâtre ou toute vapeur d’eau dans la résine.
- être inerte.
- être insoluble dans l’eau et le monomère (indoleable).
- être de manipulation aisée.
Mise en place de la résine :
La réaction de polymérisation est exothermique, et le point d’ébullition du monomère est très peu supérieur à 100°C, si à l’intérieur de la résine cette température est dépassée on notera l’apparition de porosités internes dues à la formation de bulles engendrée par l’ébullition du monomère.
Un retrait de durcissement est souvent mis en évidence au niveau du joint postérieur d’une prothèse supérieure ce qui justifie le grattage du post dame.
Le procédé de mise en place de la résine dépend du moufle utilisé :
Moufle classique :
Après malaxage énergique de la résine celle-ci est moulée en forme de boudin et posée sur les dents dans la partie supérieure du moufle, une feuille de cellophane est placée sur la résine et un essai de fermeture est effectué sous pression en serrant à fond mais lentement et progressivement pour que la pâte s’étale régulièrement.
Après on ouvre le moufle et on retire la feuille de cellophane et on supprime les excès de résine qui s’étend sur le plâtre, le moufle est alors fermé définitivement.
Moufle à injection :
La résine est forcée dans le moufle fermé occupant ainsi l’espace laissé par l’air évacué par un évent, et permettant le contrôle du bon remplissage du moufle.
Polymérisation à chaud : de la résine à la cuisson
- placer le moufle dans l’eau à 65°C.
- maintenir cette température pendant 90 minutes environ.
- porter la température de l’eau à 100°.
- laisser retomber la température du bain marie à 80°.
- sortir le moufle.
- laisser refroidir pendant 30 minutes.
- mettre sous un couront d’eau froide pendant 15 minutes.
- procéder au démouflage.
Remarque :
A partir de ce moment, et mise à part les temps de travail la prothèse en résine doit être conservée dans l’eau, la résine en effet absorbe une certaine quantité d’eau jusqu’à saturation.
D’autres part en milieu sec une partie de cette eau est rejetée entraînant une distorsion secondaire par déshydratation.
[C’est pour ça les vieux mettent leur prothèse dans l’eau en raison de la distorsion, absorption de la salive, elle n’absorbe pas la salive donc elle est rétentive, car saturée d’eau qu’elle à absorbée]
Les porosités :
Elles constituent un écueil majeur de la polymérisation, elles sont dues à :
- la présence d’humidité dans le gel avant le bourrage (mono polymère).
- le mélange polymère monomère non homogène (sphérules de poudre non au contact avec le monomère).
- isolant de mauvaise qualité ou mal répartie permettant le passage de l’eau du plâtre ou l’absorption du monomère par le plâtre.
- élévation trop rapide ou trop brutale de la température pendant la cuisson.
Grattage et finition :
Lorsque la cire à été bien finie, le grattage est très réduit il suffit de :
- passer un papier verre.
- le polissage : il se fait d’abord avec la pierre ponce et une brosse à poils longs et souples, et beaucoup d’eau pour éviter l’échauffement.
Lorsque la résine est brillante on peut lustrer en utilisant des pâtes grasses en pain et un disque en peau de chamois ou une brosse en poils de mouton.
La réussite de la mise en moufle est le résultat d’un travail bien entrepris depuis la prise d’empreinte, il s’agit du finish et sa réussite est très importante.

0 commentaire:

Enregistrer un commentaire

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...
Twitter Delicious Facebook Digg Stumbleupon Favorites More

 
Powered by Blogger