Essayage des maquettes en cire


Essayage des maquettes en cire
Une fois le montage réalisée au laboratoire nous procéderont à la finition des maquettes en cire, et ensuite à l’essayage de ces maquettes, le contrôle de l’occlusion et des choix esthétiques avant la polymérisation ainsi que la stabilité et la rétention des prothèses et enfin la phonation.
Essayage des maquettes en bouche :
Cet essayage doit se faire séparément, c’est-à-dire d’abord la maquette supérieure seule, ensuite la maquette inférieure seule, et enfin les deux maquettes ensemble.
Essayage de la maquette supérieure :
Elle sera insérée, centrée et appliquée sur la surface d’appuie afin de chasser l’air inclus sur la prothèse, cette pression permet de contrôler la bonne adaptation et l’absence de fuite d’air au niveau postérieur attestant de la qualité du joint postérieur.
Contrôle de la stabilité et de la rétention :
- en général la maquette est stable et rétentive :
Le joint périphérique étant facile à obtenir, si au repos la prothèse tend à descendre lentement c’est que le bord est trop long dans la région antérieure, ou que l’insertion des freins de la lèvre supérieure est limitée dans des déplacements physiologiques, dans ce cas il faut libérer les freins et les insertions musculaires.
- Stabilité dynamique :
Pour la tester on fait subir au patient certains testes comme l’ouverture moyenne de la bouche, l’ouverture grande, le simulacre de diffler, et la protraction de la lèvre supérieure.
- Pression digitale sur le bord libre des incisives supérieures :
Si la maquette bascule, c’est que le joint postérieur est insuffisant ou mal situé (doit s’étendre 2à 3 mm au de la des fossettes), il sera améliorer par grattage (sur le plâtre) de la ligne de réflexion du voile 3mm de large pour 0.5mm de profondeur.
- Pression digitale au niveau des prémolaires :
Elle ne doit provoquer aucun déplacement de la base du coté opposé, lorsque celui-ci existe soit que :
- le montage est hors des crêtes (vestibulé).
- le bord de la future prothèse du coté opposé n’est pas assez épais et n’est pas suffisant calé entre le versant vestibulaire de la crête et la face interne de la joue.
- Test de simulacre du sourire ou de succion ou de traction de la lèvre :
Il peut se révéler une instabilité de la prothèse due à une sur extension des bords vestibulaires entraînant un écrasement de la ligne de réflexion muqueuse.
- L’ouverture maximale de la bouche :
Elle permet de vérifier la limite postérieure de la prothèse et de constater si elle n’empiète pas sur les ligaments ptérygo-maxillaires, si la prothèse n’est pas stable il faut retoucher la zone rétro tubérositaire.
Contrôle de l’esthétique :
C’est celui auquel nous devrons prêter le plus d’attention car un patient accepte plus une prothèse esthétique que fonctionnelle, et fera beaucoup d’effort pour l’intégrer.
Lors de cet essai on doit tout d’abord s’assurer de la réussite esthétique dans le choix et le montage des dents, leur forme, teinte, et dimension.
Ce contrôle devra être effectué en recueillant l’air du patient qui sera examiné assis, debout, exposé à la lumière du jour et du scialytique.
Il faut également vérifier la ligne inter incisive qui doit correspondre à la ligne médiane du visage.
Il faut également contrôler la ligne du sourire et pour cela la fausse gencive ne doit pas être visible.
Il faut également juger de la hauteur des dents, le bord libre doit être situé à 1 ou 2mm du bord libre de la lèvre supérieure.
Il faut s’assurer également que la lèvre supérieure n’est pas entravée par dents trop vestibulées.
Essayage de la maquette inférieure :
Stabilité et rétention :
Il faut d’abord insérer la prothèse et la centrer comme précédemment, en principe la maquette est stable au repos.
Lors d’une pression digitale sur le bord libre des incisives inférieures, si la maquette bascule : soit que les incisives inférieures sont implantées hors des crêtes, ou que le joint sub lingual est insuffisant ou des niches rétro molaires.
Lors des mouvements de la langue, si la prothèse bascule il faut libérer le frein lingual ou diminuer les bords para linguaux latéraux.
Lors d’une pression digitale sur les prémolaires, si la prothèse bascule : soit que le montage des dents est hors des crêtes, ou que le bord de la future prothèse du côté opposé n’est pas long.
Essayage des deux maquettes ensemble : relation inter arcade
- insérer les deux maquettes en installant le malade confortablement.
- rechercher la relation centrée, une fois retrouvée s’assurer que l’agencement inter arcade dento-dentaire est satisfaisant.
- on contrôle la dimension verticale d’occlusion.
- s’assurer des coïncidences des points inter incisifs supérieures, et inférieures.
- contrôler l’engrènement qui doit correspondre à celui existant sur l’articulateur.
- rechercher des contacts prématurés.
Toute erreur dans la relation inter arcade nous impose un nouvel enregistrement de la relation inter maxillaire ou articulé selon Tench.
Contrôle fonctionnel :
- faire prononcer au patient les labiodentales « fe » et « ve », on doit avoir un son non étouffé alors que le bord libre de la lèvre inférieure entre en contact avec le bord libre des incisifs supérieurs.
- faire prononcer au patient le « che » et « je », il ne doit pas t’y avoir de claquement ou de sifflement alors que les dents antérieures s’affrontent, dans le cas contraire il y à une surélévation de la dimension verticale d’occlusion.
- l’émission des sibilants est ensuite exprouvée, un zézaiement se produit si les incisives inférieures sont trop lingualées (sifflants).
Après le montage et l’essayage des maquettes et après satisfaction, on peut faire que la mise en moufle.

1 commentaire:

Anonyme a dit…

Pour une bonne santé des dents et des gencives, consultez un bon denturologiste. Christian Beaudoin, Denturologiste à Carignan
dentiste à Carignan
*Consultation gratuite* Tél: (450) 341-1521

Enregistrer un commentaire

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...
Twitter Delicious Facebook Digg Stumbleupon Favorites More

 
Powered by Blogger